La Chouette, Livres, T5F

T5F : Retour vers le Futur

Si vous pouviez remonter le temps pour vous auto-conseiller…

Certains livres changent une vie, c’est un fait. Il arrive qu’on referme l’objet incriminé, frappé.e de stupeur face à l’impact qu’il a pu avoir sur nous, et on se prend à se dire « si seulement je l’avais lu plus tôt »… Cette semaine, j’ai choisi de proposer aux participant.e.s du Top 5 Friday l’occasion de remonter le temps pour conseiller à notre plus jeune nous-même ces livres qui auraient pu nous aider à mieux comprendre le monde, à faire face à des épreuves difficiles, ou peut-être à être une meilleure personne.

Bon, déjà, j’étais quel genre de lectrice, à 15 ans ? C’était presque hier treize ans en arrière alors mes souvenirs sont probablement pas très affûtés. Mes cheveux étaient encore de leur couleur d’origine, j’étais vierge de tout tatouage, je mettais de l’eye-liner dans le but visible de couvrir toute mon acné, et comme j’étais pas vraiment une meuf populaire, je passais, ô surprise, mon temps à lire, essentiellement du Stephen King. Je relisais les six tomes d’Harry Potter en attendant le tome final, et je faisais semblant de lire les ouvrages au programme de mon année de seconde alors que je ne faisais qu’en lire des analyses sur Wikipédia. Autant dire qu’il y a plein d’ouvrages que j’ai lus depuis et qui m’ont fait regretter de ne pas les avoir lus plus tôt, alors jeune Chouette, lâche ton Prince de Sang-Mêlé et écoute-moi deux minutes. Il faut absolument que tu lises ces livres.

Sans titre-1

Le Meilleur des Mondes, d’Aldous Huxley

Je n’ai lu ce roman cultissime que cette année, et il m’a bouleversée. Le Meilleur des Mondes comporte une réflexion très intéressante sur la liberté : qu’est-elle, à quoi ressemblerait un monde qui sacrifie sa liberté sur l’autel du Bonheur, qu’est-on prêt à donner pour la conserver ? Autant de questions qui auraient sûrement fait réfléchir la jeune Chouette que j’étais, au lieu de répéter bêtement « Big brother is watching you » chaque fois que je croisais une caméra sans même avoir la ref’. Ce que je trouve incroyable, et en même temps si effrayant, c’est que ce roman a été écrit en 1931 avec une lucidité et une prescience effrayantes, tant ce qu’on y lit a des relents de Black Mirror : on voit bien que ça n’est qu’une fiction, et pourtant elle est bien mince, la ligne qui nous sépare d’une telle monstruosité. C’est exactement le genre de lecture qui m’aurait plu, à mi-chemin entre la réflexion philosophique et l’horreur comme seules les dystopies efficaces savent en produire.

Thérèse Raquin, d’Emile Zola

Black And White Coffee GIF

Oui, alors tu tires peut-être un peu la tronche, mais laisse-moi t’expliquer. J’ai réussi à naviguer à travers des études littéraires sans jamais ouvrir un Zola de ma vie, et vu que j’en avais à peine lu quelques textes hors de contexte dans les fameux corpus tant honnis par tout collégien/lycéen, j’en avais conclus que Zola, c’était un énième auteur chiant qui écrit sur des trucs chiants. J’avais tellement tort. Thérèse Raquin, c’est l’histoire d’une pauvre nana qui subit de plein fouet le patriarcat de son époque : fiancée très jeune puis mariée à son cousin souffreteux, elle s’ennuie à mourir dans une mercerie dans un quartier bien pourri de Paris et joue les auxiliaires de vie bénévoles auprès de sa tante/belle-mère, qui est un peu infirme et vit avec eux. Alors quand l’ancien pote d’enfance de son mari revient dans le coin, elle lui saute dessus rien que pour échapper à l’ennui mortel de sa life. Et comme les deux se croient fous d’amour l’un pour l’autre, ils décident de tuer le mari gênant en le noyant dans un lac. Spoiler, ça tourne mal : désormais mariés avec la bénédiction de la tante qui ne se rend compte de rien, les deux assassins découvrent qu’en fait, ils ne peuvent pas se piffrer et décident chacun d’empoisonner l’autre. MAIS CA POURRAIT TOTALEMENT ETRE UNE MINI-SERIE NETFLIX ! On a TOUT ce qui me plaisait déjà à l’époque : une héroïne avec une vie bien pourrie, du meurtre, de la déception, des tentatives d’empoisonnement, de la folie. Que demande le peuple ?

Des Fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Mon Mr. Chouette ne lit pas. Enfin, il lit, mais des articles sur l’économie, les technologies, la géopolitique. Alors les rares fois où il me recommande un livre, je l’écoute. Et c’est comme ça que j’ai lu Des Fleurs pour Algernon. Ce roman, c’est l’exemple de quelque chose que j’ai toujours apprécié : la forme au service du fond. On suit Charlie, qui travaille dans une boulangerie, prend des cours du soir, est amoureux de sa maîtresse et sort boire des bières avec ses collègues après le travail. Mais Charlie, il est simple d’esprit. Alors il ne se rend pas compte que ses collègues le ridiculisent, que son patron ne fait rien pour empêcher ça. Quand il accepte de prendre un traitement expérimental pour booster son intelligence, ça marche au delà de toute espérance… avec tout ce que ça comporte de négatif. J’ai été profondément marquée par une phrase de Charlie, désormais tellement intelligent qu’il ne peut s’empêcher de mépriser les personnes qui, jadis, lui semblaient si brillantes : « je n’ai jamais été aussi malheureux que depuis que je suis intelligent ». Ce roman a laissé sa trace sur moi, il y a eu un avant et un après Algernon. J’ai commencé à voir le concept d’intelligence d’une autre manière, à remettre en question des certitudes très ancrées par mon éducation et le milieu dont je viens. Peut-être que j’aurais fait ce cheminement plus tôt si j’avais lu Des Fleurs pour Algernon à 15 ans…

Sorcières, de Mona Chollet

Bon, pour le coup, je triche parce que contrairement à tous les autres livres de mon top, Sorcières n’était pas sorti quand j’avais quinze ans. Pourtant, de tous les livres que j’ai inscrits dans cette liste, c’est celui qui m’aurait fait le plus de bien. À quinze ans, l’âge où je m’épilais religieusement tous les trois jours pour ne pas être la risée de mes harceleurs au moindre poil visible, l’âge où je regardais de haut les filles qui savaient pas se maquiller (spoiler, moi non plus en fait), où j’étais à la fois si mature et si puérile, j’aurais tellement eu besoin d’un livre qui utilise la figure fascinante de la sorcière pour me coller les pieds en plein territoire féministe. Si la plupart des sujets abordés dans cet essai ne me concernaient pas vraiment (les cheveux blancs et l’invisibilisation des femmes âgées dans les médias, à 15 ans…), le style d’écriture super accessible parsemé de petites phrases piquantes donnerait envie à n’importe quelle personne pour qui les essais sont souvent longs, compacts et ennuyeux. Et surtout, surtout, j’aurais aimé découvrir beaucoup plus tôt l’idée, très fortement implantée dans cet essai, que le plus important c’est de ne pas se conformer à ce que la société attend de nous, mais de faire ce qui nous rend heureuse (et si nous rendre heureux, c’est ne pas procréer, se laisser pousser les poils de jambe parce que ça économise des collants ou de se teindre les cheveux en rose turquoise à 80 ans, bah SOIT).

Les Dames de Kimoto, de Sawako Ariyoshi

Le dernier livre de ma sélection raconte, à travers trois étapes de sa vie, l’histoire d’Hana et avec elle, du Japon alors qu’il bascule du XIX° au XX°ème siècle. Hana est une femme de tradition, adroite dans tout ce qu’elle entreprend. Son intransigeance vis à vis de sa fille aînée, qui représente le Japon ouvert au monde, prompt a trancher avec ses traditions, est une erreur qu’elle paiera chèrement dans le dernier axe du roman, où devenue vieille, elle veut désespérément léguer un héritage à sa petite-fille. En plus d’être un roman qui m’aurait donné envie de m’intéresser à la littérature étrangère en général (et Japonaise en particulier), il m’aurait peut-être aidé à comprendre ma propre grand-mère, fruit d’une autre époque dans laquelle les apparences et les convenances étaient bien plus fortes que la mienne. Elle a énormément contribué à mon éducation et j’étais en conflit permanent avec elle. Il m’a fallu de nombreuses années pour être capable de me mettre à sa place et d’assouplir mon jugement vis-à-vis d’elle, qui était d’une franchise totale mais dépourvue de cruauté et d’un naturel bourru. J’ai lu ce roman juste après son décès, en fin décembre, et c’est peut-être pour cela qu’il m’a semblé si porteur de leçons. J’aurais aimé découvrir ce roman plus tôt, pour peut-être bénéficier de plus de temps dans cette relation apaisée qui fut la nôtre à la fin.

Voilà, ce top était plutôt intime, et si j’ai vu quelques œuvres se placer avec force dans mon esprit, j’ai eu un peu de mal à trouver le compte. On se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle thématique qui sera plus de saison ! D’ici là, n’hésite pas à me faire part des livres que tu aurais souhaité découvrir plus jeune dans les commentaires !

1 réflexion au sujet de “T5F : Retour vers le Futur”

  1. Des cinq œuvres que tu évoques, je n’ai lu que Des Fleurs pour Algernon, lorsque j’étais en BTS Édition si mes souvenirs sont bons. Je ne peux que valider l’expression « un avant et un après Algernon » : il m’a profondément marqué également et a rejoint immédiatement la liste de ses œuvres qui m’ont rafraîchie dans mon univers de lectrice. Tu sais, c’est ce moment où tu lis mais où rien ne change ta vision. Et tu finis par lire un truc comme Algernon, qui transcende tout.

    Je ne sais pas ce que je pourrais conseiller à ma plus jeune moi. Il y a évidemment plein de livres que j’aurais aimé lire plus tôt, mais en fin de compte, je ne sais pas réellement si j’aurais été capable de les appréhender comme il faut. Au final, je suis contente de mon parcours de lectrice, mon seul véritable regret étant qu’il y a aujourd’hui trop de culture sous diverses formes pour que je puisse apaiser cette inextinguible soif >.>

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s