Ecologie, La Chatte, Zéro Déchet

Challenge ZD – STOP PUB

Tu pensais que je t’avais oublié.e ? Et bien non, désolée. J’ai bien l’intention de tenter de te convaincre avec ce challenge, d’autant qu’il va commencer sous les auspices de l’initiative On est Prêt. Et on va commencer par parler de nos boîtes aux lettres.

Toutes les semaines, elles sont soumises à l’assaut de kilogrammes de prospectus en tout genre. Leur but ? Nous faire acheter, acheter et acheter encore et toujours plus, de l’élément déco « Indispensable ! » au dernier produit surgelé de la nouvelle gamme de cette marque bien connue, en passant (mais si, c’est pour bientôt) par les jeux pour enfants bien genrés que nous aimons tant…

Chaque année, ce sont donc près de 30 à 40kg de publicité papier, le plus souvent non sollicitées, que reçoit chaque foyer français. Chaque ? Non, quelques irréductibles Gaulois, de plus en plus nombreux, se battent pour réduire cette consommation abusive de papier, en décorant fièrement leur boîte aux lettres d’un seul imprimé plus ou moins plastifié… le STOP PUB.

Attention cependant, je ne te promets pas une boîte aux lettres vide vierge (mais tu ne pourras plus dire que ta facture s’est perdue dans les pubs, sorry not sorry) car il y a plusieurs types de publicités.
Tout d’abord, il faut différencier la publicité non adressée de la publicité adressée (déguisée dirons-nous…). Le STOP PUB n’a d’impact que sur la première, ce qui est déjà pas mal, et qui se divise à son tour en différentes familles :

    • la publicité des grandes surfaces et grosses enseignes (elle représente 58% des prospectus distribués) ;
    • les journaux d’annonces gratuits (18%) ;
    • les publicités de commerces locaux (14%) : celles distribuées par les canaux réguliers (La Poste ou distributeurs privés) devraient disparaître mais si un commerçant local cherche à faire sa promotion lui-même, il se peut qu’il passe outre le STOP PUB. C’est à la fois chiant… et compréhensible ;
    • les publications de collectivités locales (5%) qui regroupent les magazines de collectivité ou de quartier, les tracts politiques (en période électorale), les lettres de co-propriété… et que tu continueras normalement à trouver dans ta boîte car informatives (et dues) ;
    • les autres (banques, assurances, associations…) (5%).
  •  

Pourquoi les refuser ?

D’abord par tranquillité d’esprit si ça ne t’intéresse pas et par flemme si tu en as marre de vider ta boîte en vérifiant consciencieusement qu’une lettre ne s’est malencontreusement glissé dans une liasse destinée à la poubelle.
Ensuite, par conscience écologique. Ce n’est pas un gros mot, t’inquiètes. Et ça ne te coûtera franchement pas grand chose pour un impact certain. Car pour obtenir tous ces prospectus, ce n’est pas une mince affaire.

Le cycle de vie du prospectus

Il faut tout d’abord de la matière première, du bois donc (mais aussi un peu de papier recyclé, on y reviendra). En France, le bois provient de forêts gérées durablement (entendre par là qu’on plante plus d’arbres qu’on en coupe), mais cela ne veut pas dire qu’il faut s’en servir n’importe comment. Pour sa transformation en papier, il faut également de l’énergie et beaucoup d’eau, ainsi que quelques additifs parfois bien chimiques. Puis vient l’impression (encore de l’énergie et bien sûr, des encres, elles aussi additionnées pour leur grande majorité de produits plus ou moins recommandés). A tout cela, il faut également ajouter le transport entre chaque étape jusqu’à la distribution et, finalement… la poubelle.

Je te parlais de papier recyclé tout à l’heure, mais si le papier est 100% recyclable, en France, il n’est pas 100% recyclé : seulement 55% du papier français l’est, les 45% restants étant soit incinéré soi enterré. Triste quand on sait que le papier issu du recyclage (bien qu’il ne soit pas recyclable à l’infini) nécessite trois fois moins d’énergie, trois fois moins d’eau et 30% de CO² de moins que son compère à base de bois.

Utiliser une étiquette STOP PUB permet donc de signifier un refus face à cette production démesurée et de ne plus y participer. Plus le nombre d’utilisateurs de cette mesure augmente, plus les entreprises qui ont recours à cette méthode de promotion doivent ajuster leurs impressions (logiquement – mais si, laisse-moi rêver…). Cette petite étiquette, ce petit geste individuel, a donc un réel impact au niveau écologique et économique. J’y crois au point de vouloir convaincre mes nombreux et distants voisins de résidence, pour qui j’ai préparé un petit feuillet, histoire de répandre la bonne parole.

—– Pour des raisons techniques, cette illustration n’apparaîtra que dans le courant de la semaine suivant la publication de cet article. L’autrice s’excuse à plate couture. —–

 

Que faire s’il n’est pas respecté ?

Le respect du STOP PUB est une obligation, et son infraction est punie d’une amende de 450€. Sur le site Stoppub.fr, il est possible d’accéder à des formulaires de signalement pour faire remonter les possibles infractions de grandes surfaces ou d’enseignes plus locales.
Il se peut également qu’il soit arraché par le syndicat de copropriété ou le gardien, ce qui est uniquement possible si le règlement de l’immeuble interdit de modifier l’aspect visuel des boîtes aux lettres. Cependant, il ne peut pas vous retirer le droit de refuser la publicité papier et doit donc vous proposer une alternative plus sobre approprié au règlement (alternative souvent plus chère cependant).

Alors, convaincu·e ? Il ne te reste donc plus qu’à sauter le pas. Et pour cela, tu as plusieurs options :
l’imprimer toi-même et le coller sur ta boîte aux lettres en allant récupérer la maquette sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire ou en reprenant un modèle existant sur Internet  (attention à ce qu’il soit bien lisible)
en récupérer un auprès de ta mairie, d’associations de défense des consommateurs ou d’associations zéro déchet, auprès de certaines grandes surfaces, dans un point de distribution du réseau Stop Pub ou sur leur site.

Ah, attends ! Plus haut, je te parlais de publicité déguisée, celle que tu reçois dans une enveloppe bien propre à ton nom. Et bien, il y a une solution pour lutter contre ce démarchage plus vicieux. Ça te demandera un peu plus de temps et un timbre, mais tu peux demander la radiation de ton adresse des listes de diffusions en t’inscrivant sur la liste Robinson UFMB et je te fais même gagner quelques minutes en te donnant cette lettre type proposée par Oorek.


Tu peux retrouver la liste de tous mes articles liés au Challenge zéro déchet en rejoignant l’introduction !LaChatte

4 réflexions au sujet de “Challenge ZD – STOP PUB”

  1. Après quelques jours passés dans mon nouveau chez-moi, c’est le premier geste que je vais effectivement faire, car en peu de temps, voilà que notre boite aux lettres est déjà polluée de pubs, et c’est intolérable. J’attends avec impatience les prochains articles 😉

    J'aime

  2. Bonjour,
    comment se procurer un stop-pub plastifié ? Ma boite aux lettres se trouvant à l’extérieur et en Bretagne… Un stop pub qui résiste aux intempéries me plairait bien ! ^^
    Merci pour ta réponse 🙂
    Mélanie

    J'aime

    1. Je pense que les autocollants que tu peux trouver en associations, en mairie ou sur le site « stop pub » sont tout à fait aptes à passer leur vie dehors, sous les intempéries.
      En tout cas, celui que j’ai récupéré moi sur le stand de Zero Waste est plastifié ! Au pire, si tu vas en chercher un en présentiel, tu peux toujours demander 😉

      ~La Chatte

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s