musique

Mélomaniaque

S’il y a un sujet que j’adore mais que je n’osais pas aborder sur ce blog, c’est la musique.

La musique m’accompagne du matin jusqu’au soir tout au long de ma vie : pas de façon active, ma carrière musicale s’étant limitée à massacrer « Au Clair de la Lune » à la flûte à bec, mais de manière plus passive, puisque Spotify est pratiquement toujours en train de lire quelque chose, dans mon salon ou mes écouteurs. En fait, il me suffit d’un week-end pour rentabiliser mon abonnement, sans parler de mon obsession maladive amusante passion pour les blind-tests.

Pourquoi étais-je réticente à parler du quatrième art s’il a une place si importante dans ma vie? Tout d’abord, de manière évidente, parce que je n’en suis pas une spécialiste. J’aime analyser les films, livres et séries télé que je consomme, mais n’ayant aucune connaissance théorique sur le sujet, je suis incapable de faire de même avec la musique. Je la ressens, c’est tout. Et c’est là le second motif de ma réserve : la musique englobe tellement de styles différents que j’ai une chance infime de te faire découvrir quelque chose que tu aimeras. Evidemment, le même problème s’applique à la lecture, mais il suffit de prendre cinq personnes qui aiment un auteur spécifique et de comparer leurs goûts musicaux pour comprendre où je veux en venir.

Avant de te conseiller quoi que ce soit, je dois te parler de mon rapport à la musique. J’ai été élevée par un père monomaniaque : quand il aimait un artiste, il repassait ses chansons en boucle jusqu’à ce que mon cerveau se fasse la malle par mes narines. Rien de tel pour te dégoûter d’un artiste : ainsi j’ai nourri une aversion épidermique et définitive pour la variété. C’est peut-être aussi ton cas parce que Christophe Maé ou Zaz te donnent envie de te crever les tympans et que t’as jamais apprécié Johnny Halliday ou Michel Sardou en dehors des soirées alcoolisées où tu finis en slip sur le balcon à hurler le seul couplet du Connemara que tu connais, mais ça implique aussi que je ne peux plus supporter d’entendre la moindre mesure d’une chanson de Polnareff, Brassens ou encore Balavoine, qui sont communément admis comme des artistes très valables.

Ensuite, je suis allée vivre avec ma mère, et c’est là que j’ai découvert Perle de Lait la musique qui allait accompagner mon existence jusqu’au moment où j’écris ces lignes : sont venues à moi les chansons de Nirvana, Queen, Depeche Mode, Van Halen ou encore Radiohead, délivrées par cette merveilleuse radio qu’était RTL2, et que ma mère écoutait dans la voiture. Avec les années, j’ai subi l’influence bien involontaire d’un de mes oncles, que j’adore au-delà de toute raison : sa chambre était une sorte de succursale de disquaire, et au fil d’incursions sauvages pour lui emprunter des piles de CD, j’y ai découvert deux de mes styles favoris : le trip-hop et le post-rock. Parallèlement, je faisais l’expérience de musiques plus violentes à partir du collège, avec la découverte de l’album « Gore Obsessed » de Cannibal Corpse, et quelques années plus tard, de groupes comme 1349, Antaeus ou Watain.

En tant que bonne ado bornée et élitiste que je suis j’étais, je prenais bien soin de ne pas écouter la moindre production rap/r’n’b de l’époque, parce que j’étais un monument d’originalité et d’anti-conformisme, exactement comme la bande avec qui je traînais. Avec les années, je suis devenue plus souple avec la musique qui fait vibrer les autres, et je tente d’arrêter de me restreindre aux étiquettes musicales, mais le fait de vivre avec quelqu’un qui ne jure que par le rap m’a permis d’agrandir considérablement mes horizons musicaux, et c’est ce que je trouve beau dans la musique : lorsqu’une chanson est bonne, elle transcende les genres, elle plaît, point.

Je vais te laisser avec une sélection des chansons que j’écoute en boucle -eh oui, les chouettes ne font pas des ours- en ce moment, en espérant te faire découvrir au moins un.e artiste :

N’hésite pas à me raconter ton propre cheminement musical, et à me laisser ton avis sur les musiques que je t’ai proposé ! On se retrouve très bientôt pour le Cursivatorium #04 et une logghorrée comme je sais si bien les pondre sur les films Disney ! 

LaChouette

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s