Calendrier de l'Avent, Cuisine, La Chatte

Avent 2017 ○ Ma bûche de Noël

Aujourd’hui, on est samedi, et depuis trois semaines, le samedi je cuisine.

Il y a quelques jours, lors d’une conversation téléphonique avec la Chouette, nous avons discuté du repas de Noël que nous prévoyions. Tu le sais peut-être déjà, pour elle, pas de grande réunion familiale cette année, ce sera petit comité. Pour ma part, ce sera la première fois que je passerai les fêtes sans un seul membre de ma famille. C’est ça d’aller vivre à l’autre bout de la France aussi. Résultat, c’est aussi la première fois que j’élabore et cuisine mon repas de Noël de A à Z. Après avoir validé mes idées avec le Coloc, fait les courses qui s’imposaient et retroussé mes manches, je me suis lancée.

Aujourd’hui, au programme, c’est la bûche de Noël. Je ne suis pas une grande fan des bûches de manière générale, je n’aime pas trop les trucs glacés en dehors des glaces et sorbets eux-mêmes, et encore moins les parfums qu’on retrouve généralement à cette période de l’année. Alors j’ai voulu tenter quelque chose d’un peu original après avoir vu passer une publication sur Facebook : une bûche de crêpes.

Mon cœur a balancé entre plusieurs recettes avant de se décider à prendre ce qui m’intéressait d’un côté pour l’associer à ce qui m’intéressait de l’autre, en croisant les doigts pour que ça ne rende pas un truc au mieux passable, au pire immangeable. De fil en aiguille, la recette d’origine, si simple, s’est complexifiée et m’a embarquée dans une journée entière de cuisine.

Ma bûche se décomposait donc en plusieurs étapes :

  • confection d’une pâte à tartiner au pralin de noisettes
  • confection des crêpes, élément essentiel de la recette
  • montage de la bûche

La pâte à tartiner au pralin de noisettes

Il y a partout dans le monde des choses extraordinairement bonnes à manger, certaines dont je ne pourrais pas me passer à certaines saisons (les framboises en été par exemple). Mais le pralin… C’est encore au-delà de cette limite. C’est juste divin, eeeeeet terriblement écœurant si tu en manges trop, pour éviter que tu t’empiffres. Bref. Un robot ménager est nécessaire pour cette opération.

Ingrédients :

  • 200g de noisettes
  • 200g de sucre
  • 70g d’eau
  • 1/2 gousse de vanille

DSC_0208

  • Préchauffe le four à 180°C et enfourne-y les noisettes à même la plaque jusqu’à ce que la peau noircisse. À ce moment-là, sors-les et laisse-les refroidir. Dès que tu peux les prendre en main sans te brûler, enferme-les dans un torchon propre et frotte-les les unes contre les autres pour faire tomber la peau. Ce n’est pas grave si elle ne part pas entièrement, ne t’inquiètes pas. Réserve-les de côté après avoir jeté les pelures.

Attention, il est important de faire cette étape en premier lieu. Perso, j’avais pensé que ce serait une bonne idée d’enchaîner directement sur la suite mais les étapes à suivre sont trop rapides, mieux vaut avoir les noisettes prêtes avant de continuer.

  • Fends la demi-gousse de vanille en deux et retire les petites graines noires de leur rainure.
  • Prépare le sirop sur feu doux en mélangeant l’eau, le sucre, la demi-gousse évidée et les graines de vanille. Lorsque le sirop monte à ébullition, compte alors 3 à 4 minutes d’attente avant de retirer la casserole du feu.
  • Enlève alors la gousse et ajoute les noisettes. Mélange bien pour que chaque noisette soit enrobée de sucre puis remets sur feu doux pour faire caraméliser l’ensemble. Attention cependant à ne pas laisser le mélange foncer de trop car cela provoque de l’amertume.
  • Sur une plaque préalablement recouverte d’une feuille de papier sulfurisé légèrement huilée, verse la préparation et laisse refroidir.
  • Lorsque c’est froid, et bien compact, casse l’ensemble en morceaux et mets le tout dans le bol du robot. Mixe alors jusqu’à ce que le mélange soit lisse et liquide, en n’oubliant pas de faire des pauses régulièrement pour ne pas griller le moteur du robot.

DSC_0212

Personnellement, je n’ai pas réussi à atteindre le stade de pâte, peut-être à cause d’un manque de puissance de mon robot. Ça ne m’a pas empêchée de continuer la recette et jusqu’ici, le résultat est plaisant ! Si tu en as trop par rapport aux quantités que tu vas utiliser, tu peux conserver la pâte en la mettant dans un pot stérilisé, à l’abri de la lumière, de la chaleur et de l’humidité.


Maintenant, il faut faire la pâte à tartiner. Pour cela, il te faut :

  • 200g de praliné maison
  • 150g d’un bon chocolat au lait
  • 10g de chocolat en poudre
  • 15g d’une huile neutre

  • Au praliné qui est resté dans ton robot, ajoute le chocolat en poudre et mixe les deux. Perso, j’avais pas de chocolat en poudre, c’est vraiment un ingrédient que je n’utilise jamais donc j’ai fait sans.
  • Au bain-marie, fais fondre le chocolat au lait puis ajoute-le dans le robot et mixe pendant 3 minutes. Ajoute ensuite l’huile (je ne pense pas que ce soit « neutre » mais perso, j’ai utilisé de l’huile de noix) et mixe jusqu’à obtenir une préparation homogène.
  • Pour la conserver, mets-la en pot. Je te conseillerai bien de la stériliser mais très franchement, est-ce qu’elle va tenir suffisamment longtemps en pot pour que tu en aies besoin ? J’en doute.

Voilà. Tu sais désormais faire ta propre pâte à tartiner pralinée. Si tu n’es pas encore convaincu·e, laisse-moi te dire que ça sent et goûte comme les rochers Ferrero mais en bien meilleur, parce que c’est toi qui l’a fait.


Les crêpes

Deuxième étape, et pas des moindres, faire les crêpes. Alors, ça n’a rien de compliqué, à priori, tout le monde a quelque part une recette de pâte à crêpes, parfois amoureusement cédée comme un secret de famille de parents à enfants depuis on ne sait quand. Personnellement, j’ai voulu trouver une recette qui me donnerait des crêpes particulièrement moelleuses, étant donné que je vais en faire un gâteau. Mais, même si la recette est à tomber, je la trouve tout de même super grasse, j’essaierai plus tard d’arriver à un résultat semblable en utilisant moins de matières grasses. En attendant, en voici la recette.

Pour une dizaine de crêpes (les miennes faisaient 28cm de diamètre et étaient assez épaisses), il te faut :

  • 1/2 litre de lait entier
  • 60g de beurre
  • 5 œufs
  • 205g de farine
  • 40g de sucre
  • 1 grosse pincée de sel
  • un ou plusieurs arômes : vanille, rhum, eau de fleur d’oranger…

DSC_0214

  • Tout d’abord, fais chauffer le lait et le beurre ensemble. J’ai ajouté mon arôme à ce moment-là car j’ai réutilisé la demi-gousse de vanille du pralin, je l’ai donc ajouté au mélange pour qu’elle y marine. Dès que le beurre est fondu, retire la casserole du feu et laisse refroidir.
  • Dans un saladier, place la farine, le sucre, le sel et les œufs préalablement battus et mélange le tout. Dans la recette, c’est à ce moment-là qu’est ajouté l’arôme de ton choix (tu peux mettre en mettre plusieurs si tu veux).
  • Incorpore ensuite le mélange lait-beurre tiédi petit à petit et fouette énergiquement l’ensemble. Attention, si la pâte est trop épaisse, il ne faut absolument pas hésiter à rajouter du liquide, que ce soit du lait, de l’eau ou de la bière. Après ça, c’est parti, cuisson sur poêle ou bilig.

Je n’ai pas pu me retenir d’en manger une (ou deux) tellement elles sentaient délicieusement bon.


La bûche de crêpes

Et enfin, ce qui a nécessité tout ce travail préalable, la bûche. C’est surtout ici que je me suis un peu laissée emporter en improvisation, car j’ai croisé deux recettes pour obtenir quelque chose qui me plaisait. Et il te faut encore quelques ingrédients :

  • 20cL de crème liquide entière
  • de la pâte à tartiner pralinée maison

Pour remplacer la confiture originellement farce de la recette, je me suis lancée dans une chantilly parfumée. Pour la réussir, il est nécessaire d’avoir placer au congélateur au moins 1/4 d’heure avant de la faire le bol, le fouet (manuel, mécanique ou juste les batteurs) et la crème. Ensuite, arme-toi et bats, bats la crème jusqu’à ce qu’elle monte et tienne sur ton doigt (ou traditionnellement que tu puisses renverser le bol sans qu’elle tombe). Ajoute alors la quantité de pâte à tartiner pralinée que tu désires et bats encore, jusqu’à obtenir un mélange homogène. Et maintenant, place à la confection de la bûche.

  • Place deux crêpes côte à côte, en veillant à ce qu’elles se superposent un peu. Étant donné que chez moi, on ne sera que deux, je n’ai utilisé qu’une seule crêpe à chaque fois, sinon, on en aura encore début janvier.
  • Tartines-en la surface avec la chantilly sans en mettre trop sur les bords ou elle risque fort de chercher à s’enfuir lorsque tu vas rouler les crêpes.
  • Répète cette opération mais avant de rouler ta seconde crêpe, place le premier rouleau à l’intérieur et roule l’ensemble par dessus. Fais ainsi autant de crêpes que tu le souhaites, en serrant bien d’une fois sur l’autre.
  • Coupe les extrémités de ton rouleau puis réserve au frais pendant 3h. Mets également la chantilly qu’il te reste au frigo.
  • Place la bûche dans le plat sur lequel tu comptes la présenter.
  • Remplis une poche à douille armée d’un embout moyen et cannelé de la chantilly restante et fais des cercles en partant du centre et en élargissant tout le long de la bûche.
  • Décore avec ce que tu veux. Personnellement, j’ai utilisé le pralin qui n’est pas passé en pâte, un peu de sucre glace et quelques pépites de chocolat retrouvées dans un placard. Mais tu peux aussi utiliser des perles dorées et argentées en sucre, des confettis de chocolat… C’est toi qui vois !

 

 

Et voilà. Mon dessert est prêt, demain, j’attaquerai le plat qui va également me demander un peu de cuisine étant donné que j’ai prévu une bavette sauce au poivre accompagnée de pommes dauphines.

Et toi, qu’est-ce que tu vas déguster ?

LaChatte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s